vendredi 19 octobre 2012

Reugny : Rue Voltaire

En 1803, le presbytère était composé de : A l'entrée, un salon à cheminée ;
de part et d'autre, une grande chambre de même surface également à cheminée ;
à la suite de la pièce de droite, un cabinet, lui aussi à cheminée ; à côté de la cuisine, deux petits cabinets ;
la grande cour en terrasse est précédée d'une large porte cochère.
Au-dessus est un premier étage où se trouve une chambre à cheminée.
A cet ensemble s'ajoutent une écurie contiguë au bâtiment. Sur le tout s'étalent des greniers en comble.
En dehors, outre deux caves en roc et une écurie, signalée en mauvais état, également dans le rocher, sont des dépendances de quelque importance : un hangar, une grange ; l'une d'elle est dite aux dixmes en mauvais état ; à côté, un hangar ; enfin sous un hangar couvert en tuiles : un four à pain et un four à pâtisseries  On peut penser que ces annexes datent de l'ancien presbytère.
Visite de Reugny par l'abbé Bourassé en 1842 : "A l'extrémité du bourg, dans la direction du château, se trouve une vieille maison de forme singulière, bâtie de briques , qui nous a paru remonter au temps de Louis XI. C'était autrefois une maladrerie. Quelques modillons sont disposés d'une manière originale; M. Guérin en a tracé un croquis. Des armoiries placées dans une maison voisine, sur une plaque de cheminée, nous ont présenté les signes héraldiques suivants : champ d'argent avec une bande dentée de gueules et deux étoiles cantonnées, le tout surmonté d'un casque de chevalier. Nous ignorons le vrai propriétaire de ces armes."
Un bureau de poste est installé en 1876 dans la Grand'maison (la demande en avait été faite en 1858).
En 1879, une cave est découverte sous le presbytère ; un pilier est alors construit pour assurer la solidité de l'édifice et la cave est comblée.
Un bureau télégraphique ("Postes, Télégraphes et Téléphone") est installé dans la Grand'maison en 1892.
En 1907, l'ancienne rue de la Poste devient la Rue Voltaire, la poste ayant été déplacée dans le nouveau local en 1905.
Plan du presbytère de 1908 :
Dans les années 1960, la propriétaire du Navire, Denise Lefèvre, commercialisait sa production viticole sous le nom "La Navire", en référence à un poème de Marguerite de Navarre.
Sources : déductions, Louis Tricot, archives d'Indre et Loire (2Ø194 8 - E dépôt 194 G33), Mémoires de la société archéologique de Touraine (1842), rapports et délibérations du Conseil Général d'Indre et Loire (1858, 1876).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire