mardi 31 mai 2016

Reugny : Le château de Boissay

Aujourd'hui simple ferme au bord d'un affluent de la Brenne à la frontière entre Neuillé et Reugny, Boissé (le plus souvent écrit Boissay) était pourtant l'un des châteaux majeurs de la vallée. Nous n'avons quasiment aucune information sur Boissé au Moyen-Âge, sinon quelques noms : Guido de Boissay est seigneur de Boissé en 1101, Haliquan de Bourot en 1372, et Louis de Lavardin en 1440.

En 1501, François de Lavardin est seigneur de Boissé. C'est certainement lui qui fait reconstruire le château, dont les vestiges encore visibles sont datables du premier tiers du XVIe siècle. 
La chapelle est troglodytique, mais peut-être qu'il s'agissait à l'origine d'un commun mis en valeur par une entrée décorée.
Le linteau mouluré est surmonté par une coquille Saint-Jacques (motif typique de la Renaissance) entourée d'un décor sculpté aux formes arrondies, montrant une synthèse entre les gâbles gothiques et le nouveau vocabulaire ornemental de la Renaissance.
À l'intérieur, une niche est ornée d'une autre coquille.
La salle est voûtée en plein cintre.
Elle conserve quelques traces de polychromie (ou de moisissure...).
Une autre coquille est visible sous les restes d'un ancien escalier.
Les nombreuses caves peuvent également dater de cette époque.
Enfin Boissé a la particularité d'avoir conservé sa glacière.

Après les Lavardin, le château de Boissé voit une succession de différents seigneurs.
En 1559, Paul Turpin de Crissé est cité comme seigneur de Trogues, Boisay, la Turbalière (aujourd'hui la Tourballière, manoir situé sur la commune de La Celle-Saint-Avant) et de Monthoiron (village de la Vienne).
En 1603, Le fief de Boissé est érigé en châtellenie en faveur de Claude de Préaux.
En 1619 il appartient à Gilles de Préaux.

En 1633, Jean le Blanc, seigneur de la Vallière en devient propriétaire.
Antérieurement à cette vente, il s'était élevé, entre les seigneurs de la Vallière et de Boissay, une contestation qui avait pour objet les honneurs (encensement) auxquels chacun d'eux prétendaient dans l'église de Reugny. Par ordre de la reine, de Monsieur, frère du roi, et du cardinal de Richelieu, les ducs de Montbazon et de Vendôme, l'archevêque de Tours et le prince de Condé s'entremirent pour concilier les deux rivaux, et la vente de la terre de Boissay au seigneur de la Vallière fut le prix de cet accord.
En 1634, Jean de Préaux obtient une sentence favorable en remboursant le prix des terres, mais le seigneur de la Vallière fait appel au Parlement le 23 avril 1635, et le seigneur de Boissé est débouté de sa demande.

En 1650, le fief est réuni à la Vallière sous le titre de châtellenie de la Vallière.

En 1680, le château de Boissé est détruit par le seigneur de la Vallière.

1736 : "Fief de Boissay, consistant dans un chateau en ruine, lequel a este demolly depuis longtemps, et dont les materieaux onts servie aux réparations des moullins et metairie. Il reste apresant la maison du metaier, deux petittes granges, deux estables et une ecurie [voir plus bas], cavve, cours et jardins et une fuye a pigons dans laquelle il n'y en a aucuns [détruite depuis]".

Vers 1790 : "Les bâtiments de cette métairie consistent en deux chambres à cheminées dans l'une desquelles est un four. 
Greniers sur lesdites chambres, ensuite desdites chambres côté du midi, trois écuries et deux touts à porcs, greniers sur lesdites écuries... 
Au nord desdites chambres une grange qui en est séparée par un ravin [détruite, sauf un pan de mur, et le bout d'un autre. Le ravin passait sous la grange]
Au levant desdits bâtiments une autre grange et une écurie à côté...
Tous les murs des bâtiments de cette métairie sont construits en moellons et pierres de tailles et couverts en thuilles."

Sources : 
Bulletins de la société archéologique de Touraine (1899 et 1901).
Archives départementales d'Indre et Loire (65J7 - 65J17 - 65J18 - 65J50).
G. Braux, Louise de la Vallière, de sa Touraine natale au Carmel de Paris, C.L.D., Paris, 1981.
Coutumes du duché et bailliage de Touraine, publié en 1561, conservé à la Bibliothèque nationale de Naples (consultable en ligne sur Google Livres).

Vous pouvez trouver à ce lien l'histoire de Boissé au XIXe siècle.

samedi 16 avril 2016

Appel à témoins : "Les roms à Reugny en 1957-1958"

Mme Mireille Leterrier, nièce de Claude et Simone Faucheux, m'a contacté pour avoir des renseignements sur un passage de roms à Reugny pendant l'été 1957 ou 1958 :

"Cet été-là, la mairie de Reugny avait accepté d'accueillir près de la rivière un camp de romanichels. Ils s'apprêtaient à quitter la France pour les US où une association (évangéliste je crois) leur procurait voitures motorisées, mais avec aussi interdiction de continuer leur ancienne vie nomade. Je suis en train d'écrire sur cette époque, et notamment sur ce séjour à Reugny.


Mon frère François à l'époque avait quinze ans. On ne l'a guère vu cet été là, il passait ses journées avec ses amis roms. Ceux-ci étaient vanniers, ils tissaient des paniers, leurs roulottes étaient tirées par des chevaux. Ils marchaient pieds nus, et je me souviens de l'épaisseur de la corne sous leurs pieds - qui leur faisait comme une semelle.
Ma mère a donné beaucoup de vêtements aux femmes, qui du reste, ne la lâchaient pas! l'une un jour, tirait sur sa chemise de nuit et la  lui réclamait - elle devait accoucher,et la voulait pour aller à l’hôpital . Ma tante Faucheux, infirmière à Château Renault, a dit à ma mère de ne pas céder ! (L'hôpital ne laisse pas les patients sans vêtements de séjour).
De guerre lasse, ce jour-là, ma mère leur avait donné ma poupée. 
Le dernier soir avant notre retour vers Paris, les roms nous ont invités à leur camp, comme si nous étions des leurs, mon frère est arrivée avec la bande, je me souviens d'un cheval blanc monté à cru, crinière au vent... comme dans le livre de Dothel. Un feu de camp, et dans la roulotte, j'ai aperçu ma poupée pendue par les cheveux, sans vêtements. J'avais trois ou quatre ans, mes souvenirs restent vifs mais ils ne sont que des flashs dispersés."

Si jamais vous pouvez apporter de nouvelles informations à Mme Leterrier, n'hésitez pas à me contacter pour que je vous mette en contact !

mardi 19 janvier 2016

La Seconde Guerre Mondiale à Reugny et Neuillé

Le 16 juin 1940, à Reugny, "des avions ennemis ont jeté 4 bombes dont une a démoli partiellement le mur du cimetière". Le même jour il est signalé que les avions allemands bombardent le haut de la rue Nationale à Tours.

Suite aux bombardements de tous les ponts sur la Loire le 18 juin, la ligne Tours-Sargé est ainsi coupée. Le jour même, le conseil municipal "décide la réquisition de marchandises en gare de Reugny, pour le ravitaillement de la population civile, et sur le point d'être pillée par certains éléments. Mr. le Président expose que la répartition sera faite parmi la population civile."

Une croix est élevée en 1940 sur la route d'Amboise. Il y est gravé "DEO GRATIAS" (= "Rendons grâce à Dieu"). D'après certains témoignages, elle aurait été élevée par une fervente pétainiste du village.

À Reugny, en février 1941, la Place de Verdun est renommée "Place du Maréchal Pétain".
À Neuillé, le 26 décembre 1941, "suivant le désir exprimé par Le Maréchal, il y a lieu de réunir les enfants autour d'un arbre de Noël". Des jouets et une collation leur seront offerts. Ces faits prouvent la popularité de Pétain au début de la guerre.

Les Archives départementales d'Indre-et-Loire (côte 10W65/012) conservent un tract trouvé à Reugny le 8 janvier 1942 vers 6h. La première partie du tract affirme la progression des forces aériennes britanniques. En 1941, les Anglais ont autant d’avions que les Allemands. En 1942, ils pensent les surpasser. « En 1942, nous serons parvenus à la supériorité sur la Luftwaffe de Goering. » La seconde partie du tract s’oppose à la propagande de Vichy qui présentait les Anglais comme des traîtres en assurant les français de l’amitié du peuple britannique. Les Français doivent compter sur les Anglais. « Comptez sur nous comme nous comptons sur vous. »

Les parents de Mme Roger étaient gardes-barrière dans le bourg de Reugny. Elle raconte qu'il passait jusqu'à vingt trains allemands par jour, transportant troupes et matériel. Ils exigeaient une permanence 24h sur 24 et ne supportaient pas d'attendre.
Un jour, un train contenant de la nourriture s'était arrêté en gare de Reugny, et le frère de Mme Roger tenta de dérober quelque chose à manger dans l'un des wagons. Il fut surpris par un soldat allemand qui lui mis un revolver sur la tempe. C'est l'intervention de M. Schot, parlant couramment allemand, qui permis de sauver son frère.
Un autre jour, en été, un train de blessés s'arrêta à Reugny, et les allemands exigèrent que son frère pompe de l'eau pendant des heures, et la distribue aux blessés.
Mme Roger raconte également que les allemands venaient régulièrement cuisiner et manger dans la maisons de ses parents, et qu'ils faisaient sortir tout le monde jusqu'à leur départ. Un jour, un soldat l'a prise sur ses genoux, ce qui effraya sa mère, mais ce n'était qu'un geste de sympathie.

Mme Ferrand raconte que ses parents tenaient le café des sports, devenu ensuite la Crémaillère. Des officiers allemands réquisitionnaient fréquemment des chambres par l’intermédiaire de M. Schot qui les réglaient ensuite.

Le 5 août 1944, le P38 Lightning du Major Lawrence Herrick explose dans les airs après avoir mitraillé un train vers la gare de Crotelles. Ce fait est entièrement relaté dans l'article : Le crash du Major Herrick et ses conséquences sur Reugny.
Sources : Mairie de Reugny et de Neuillé (registres de délibérations), témoignages.

samedi 19 décembre 2015

Vous cherchez le cadeau de Noël idéal ?

Un an après la publication de L'Histoire de Reugny et Neuillé-le-Lierre, le nombre d'exemplaires imprimés a atteint les 400... soit bien plus que ce qui était prévu à l'origine !

Si vous cherchez des idées de cadeaux de Noël, voici les lieux où vous pouvez vous procurer le livre :
- Dans les bibliothèques de Reugny et Neuillé-le-Lierre
- À la boutique des Jardins de Valmer
- Au Centre Culturel E. Leclerc d'Amboise
- À la librairie Denis rue de la Scellerie à Tours
- À la libraire la Boîte à Livres rue Nationale à Tours
- À la Maison de la presse de Château-Renault
Ou bien directement en passant par moi pendant la première semaine des vacances.

Bonnes fêtes à tous !

lundi 5 octobre 2015

La Marquise de Rougé et ses fils, par Vigée Le Brun : La propriétaire de la Vallière à Washington ?

La semaine dernière, alors que je visitais l'exposition consacrée au peintre Elisabeth Louise Vigée Le Brun au Grand Palais, mon regard a instinctivement butté sur le cartel d'un tableau qui représentait une ancienne propriétaire du château de la Vallière : la Marquise de Rougé.
Ce tableau a été peint en 1787, il est conservé à la National Gallery of Art de Washington D.C. et représente la marquise de Pezay, née Caroline de Murat, et la marquise de Rougé, née Victurnienne Delphine Nathalie de Rochecouart, accompagnée de ses fils Alexis Bonabes Louis Victurnien et Adrien Gabriel Victurnien. La marquise de Rougé que nous connaissons est propriétaire du château de la Vallière de 1841 à sa mort en 1866.

La marquise du tableau est née à Paris le 24 janvier 1759. Elle épouse le marquis de Rougé en 1777 et décède en 1828. Leur fils Alexis Bonabes, qui est représenté enlaçant tendrement sa mère, naît en 1778 (il a donc 9 ans lorsque Vigée Le Brun réalise son portrait). Il épouse en 1804 Alexandrine de Crussol d'Uzès, qui devient donc marquise de Rougé. C'est sa mère, la duchesse d'Uzès, qui est propriétaire du château de la Vallière. Alexis Bonabes, le mari d'Alexandrine, décède en 1838, et en 1841 c'est au tour de sa mère la duchesse d'Uzès, qui lui lègue le château.
Ce ne sont donc pas des propriétaires de la Vallière qui sont ici représentés, mais ceux qui deviendront belle-mère et mari d'une future propriétaire du château. Si Alexandrine n'était pas encore propriétaire de la Vallière de leur vivant, il est très probable que ces deux personnages soient venus à Reugny rendre visite à la duchesse d'Uzès, mère d'Alexandrine. C'est le petit-fils d'Alexandrine et d'Alexis Bonabes, Jean de Rougé, qui hérite du château en 1866. Il le vend en 1872, devenant ainsi le dernier descendant de Laurent le Blanc, qui avait acheté le domaine en 1542, à habiter le château.

dimanche 6 septembre 2015

Neuillé : Le Moulin du Grand-Villiers

En 1536, les moulins de Villiers appartenaient à Jean Loiseau
En 1657, le moulin du Grand-Villiers était la propriété des religieuses de Fontaines-les-Blanches (Autrèche). Il avait une chute d'eau de 1m.

En 1753, Jacques Galbrun, maître serger à Reugny, fait couper un taillis de trois arpents dont il se croyait propriétaire près de son bordage des Ormeaux (ferme détruite à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe, voir carte associée). Dans la nuit, Urbain Deshayes, fermier à vie du moulin à foulon du Grands-Villiers, fait enlever les fagots et les perches se trouvant sur ce terrain. Galbrun démarre une procédure afin que Deshayes les lui restitue, mais les religieux de Fontaines-les-Blanches interviennent en tant que vrais possesseurs du bois (dont Deshayes peut donc user librement).

Plan de bornage de novembre 1787 permettant de situer les terres dépendant du Grand-Villiers de celles dépendant de la Gloisière. La proximité de ces fermes et moulins semble bien être une source de problème au sujet de la possession des terres.

En 1765 et en 1788, "les bâtiments du moulin à foulon du Grand Villiers sont composés d'une chambre à feu, four, cabinet à côté, une petite écurie, grenier sur lesdites chambre et écurie ; ensuite sont les tournants, battants et ustensiles dudit moulin ; le tout en un même corps de bâtiment, couvert d'ardoises et de tuiles ; jardin devant...". 
Le grand bâtiment toujours existant est conforme à la description. Bien que très restauré, il peut dater du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle. Les bâtiments annexes datent du XIXe siècle.

Extrait d'une carte du XVIIIe siècle montrant les moulins sur la Brenne entre Neuillé et Reugny. Le moulin du Grand-Villiers a la particularité d'être coiffé de deux étendards, peut-être pour montrer son importance sur les autres moulins.

Le 13 avril 1796 y naît Jeanne Deshayes, qui va devenir la 1ère Mère des Compagnons Boulangers du Devoir, la Mère Jacob.

Sources : Bulletin de la société archéologique de Touraine (1901), Gérard Troupeau ("Neuillé le Lierre, Une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime"), Archives départementales d'Indre-et-Loire (H 120).

dimanche 23 août 2015

Les carreaux de Reugny

Une fabrique de carreaux existait à Reugny jusque dans les années 1950. Elle se trouvait près de la gare. Si vous avez plus d'informations ou si vous possédez vous aussi des carreaux de cette fabrique, n'hésitez pas à le signaler !
Carreau appartenant à Mme Freslier

dimanche 21 juin 2015

Ecoutez Radio Active lundi 22 à 18h

Si vous le pouvez, écoutez Radio Active demain lundi à 18h, j'y parlerai de l'église de Reugny !

Pour ceux qui chercheraient mon livre, en plus des lieux visibles en colonne de droite du blog, vous pouvez désormais l'acheter en ligne sur PriceMinister.

samedi 23 mai 2015

samedi 9 mai 2015

8 mai 2015, le Major Herrick toujours présent

Plus de soixante-dix ans après l'explosion en vol de l'avion du Major Herrick au-dessus de Reugny (vous pouvez retrouver l'article complet en suivant ce lien), et trois ans après la venue de la famille Herrick (pour le 8 mai 2012), la cérémonie commémorant les soixante-dix ans de l'armistice de 1945 a été marquée par la présence de Richard, fils du pilote, et de sa demi-sœur Mary.

Mme Freslier leur a offert cette photo, prise le 6 août 1944, lendemain du crash. On été reconnus, de gauche à droite : Mme Jeanne François, Mme Faucheux, M. Henri François et M. Maxime Freslier. Les deux personnes à droite n'ont pas pu être identifiées.

En présence d'Axelle Tréhin, maire de Reugny, remise d'une maquette fabriquée par M. Niot (à droite), réfugié avec ses parents à Reugny pendant l'été 1944.

Il était allé sur les lieux du crash et en avait rapporté un chapelet de balles de mitrailleuses... que son père s'était empressé d'enterrer. Cependant il en avait gardé une dans sa poche, qu'il a offert hier à la famille.

Photos prises par Daniel Sellier.

lundi 16 février 2015

Où trouver mon livre ?

Une nouvelle rubrique apparaît dans la barre de droite : "Où est mon livre ?"
Vous pourrez ainsi savoir en temps réel où trouver mon livre. Si vous ne le trouvez pas dans les lieux indiqués, n'hésitez pas à le réclamer aux responsables (ça montrera que des gens s'intéressent à mon livre !).

samedi 7 février 2015

Publication, médiatisation, réimpression... Et ensuite ?

Un peu plus de 200 livres ont été imprimés pour les présentations à Reugny et Neuillé-le-Lierre. Il s'est avéré que ce n'était pas suffisant, 30x2 livres ont été réimprimés à un mois d'intervalle. Une nouvelle série de 30 livres est en cours d'impression pour répondre à la demande, ce qui va nous faire atteindre les 300 livres vendus (soit presque 10 fois plus que le dernier livre de Christine Boutin).

La présentation du livre a eu lieu le samedi 6 décembre, le matin à Neuillé et le soir à Reugny (photo) dans une salle bien remplie.

L'article que m'a consacré Daniel Sellier dans le BIM de Reugny.

La médaille d'honneur de la commune m'a été remise par Axelle Tréhin lors des vœux du maire de Reugny.

Je suis cité dans l'article du 7 janvier de la Nouvelle République, après le rapide discours de mon père et l'intronisation de mon petit frère chez les Sapeurs Pompiers du val de Brenne.

Le 15 janvier, Mathieu Giua publie un article dans 37degres-mag.fr, il peut être lu ici.

Le 21 janvier, je fais partie des "quinze qui vont faire 2015" selon tmvmag. On verra à la fin de l'année ce qu'il en aura été !

J'en profite (puisque je ne l'ai pas fait dans la préface de mon livre !) pour remercier mes parents pour leur soutien. D'ailleurs, si vous désirez acheter un livre, c'est auprès d'eux qu'il faudra vous tourner car je ne suis plus sur place pour faire la distribution (envoyez-moi un mail pour qu'on s'arrange selon vos préférences). Je rentre sur Tours le week-end prochain, j'en profiterai pour voir s'il y a des librairies intéressées par mon livre.

Cette aventure m'a donné envie de continuer dans cette direction, mais, si je dois écrire un nouveau livre, il sera forcément différent du premier. Un autre livre sur Reugny et Neuillé sera beaucoup plus scientifique et précis, et donc beaucoup moins accessible au grand public. Je suis bien tenté par l'écriture d'un livre sur l'histoire et le patrimoine de la Touraine, mais là il faudra reprendre toutes les recherches du début (ce qui n'était pas le cas pour le premier puisque j'avais mon blog comme base). J'ai commencé des recherches pour voir la faisabilité d'un livre sur la Touraine, qui toucherait des thèmes rarement réalisés, et qui serait toujours à destination du public scientifique autant que du grand public. Mais, pour le moment, je me concentre sur la réussite de ma première année à l'Ecole du Louvre. À suivre...

jeudi 8 janvier 2015

Festival musical du 6 août 1939 à Neuillé-le-Lierre







Décoration du bourg pour l'événement, ici la pompe à essence qui se trouvait en face de l'école.
Les publicités dans le programme peuvent être mises en relation avec les photographies prises lors du festival : "Maréchalerie, Soudure, Autogène - Vente et réparations de machines agricoles de toutes marques - Moreau-Guillet - Neuillé-le-Lierre - Dépositaire de Butagaz"
Le départ pour le défilé a dû être donné dans la cour de l'école.
Les musiciens commencent à jouer devant la mairie.
Tout le monde attend le passage du défilé devant son commerce décoré pour l'occasion.
L'enseigne présente une botte, donc peut-être : "Chaussures en tous genres - Articles de luxe et de travail - Renault - Neuillé-le-Lierre - Réparations soignées".
"Sellerie, Bourrellerie, Harnais en tous genres - G. Durand - Neuillé-le-Lierre - Sommiers, matelas".
Peut-être : "Epicerie, Mercerie, Poterie - Vve Reverdy - Neuillé-le-Lierre - Tabac, journaux".






Peut-être : "Epicerie, Mercerie, Rouennerie, Tissus - Vve Saulas - Neuillé-le-Lierre - Vêtements de Travail".

Les fanfares arrivent une par une à la gare.


En 1939, quelques anciennes tourangelles portent encore le costume traditionnel.

Distribution de pim's en forme de fleur et des programmes.
"À 15h30 : Grand Concert Public gratuit, Place de la Gare"
Les fanfares de Neuillé-le-Lierre, Reugny, Noizay, Parçay-Meslay, Vernou-sur-Brenne et Vouvray jouent chacune deux morceaux.
"À l'issue de ce Concert, Remise de Décorations aux vieux Musiciens"




Si vous aussi vous possédez des archives qui peuvent être partagées, n'hésitez pas à m'en faire part !