samedi 11 février 2012

Reugny : Rue Georges Courteline

En 1819, la rue Courteline s'arrêtait avant la place du 8 mai.
Maisons du milieu du XIXe siècle :
La grange à droite a été détruite dans les années 1950 afin de créer un parking.
En 1894 : "Acquisition de matériel de pompe et construction d'un bâtiment communal comprenant :
remise pour la pompe à incendie et ses accessoires,
chambre de sûreté et asile pour les indigents de passage,
salle pour les réunions publiques"
"Matériel à acquerir pour meubler le poste (prison) et la salle publique y attenant : un lit de camp, bois blanc, avec montants et traverses en chêne. un matelas en vasechu. deux couvertures, laine veste. un seau en tôle galvanisée, avec couvercle. une balayette. une cruche en tôle émaillée. deux balais de jonc. un plumeau. deux chandeliers. une table bois blanc. deux bancs mobiles, bois blanc avec pieds et traverses en chêne. un calorifère phénix.
Accessoires du poële, savoir : 8m50 de tuyaux en tôle noire. collerette et fil de fer. un champignon. un seau pour le coke et un seau pour les cendres. une pelle à main et un crochet. une serrure de sûreté."
"M. le Président expose que le poste en chambre de sûreté, qui sert d'asile la nuit aux indigents de passage dans la commune, est dépourvu du strict nécessaire ; il invite, en conséquence, le Conseil, à combler cette lacune"
Grâce aux cartes postales anciennes, on peut voir l'évolution des bâtiments au fil du 20e siècle. Sur une carte postale de 1904, on remarque que l'ancien bar-restaurant et l'actuelle salle des loisirs sont assez différends d'aujourd'hui.
Sur une carte postale de 1906, on aperçoit des échafaudages sur le bar, qui vient d'être surélevé d'un étage.
Sur une carte postale de 1908 on voit que la porte du foyer Lefébure est plus large, celà s'explique par le fait que, comme nous l'avons vu plus haut dans l'article, c'était le local de la pompe à incendie.
Sur une carte postale de 1911, on remarque une porte et un escalier tourné vers la droite sur le pignon de la salle des loisirs.
Sur une photographie des années 1920, on distingue deux plaques publicitaires "Byrrh vin tonique & apéritif", et on remarque que le bâtiment a été légèrement prolongé.
Sur une carte postale des années 1930, on voit bien ce prolongement, et on peut voir que la salle des loisirs a été également prolongée d'un bâtiment, qui abrita un bassin d'agrément, comme nous le verrons plus bas. L'escalier est désormais tournée vers la gauche.
On remarque sur une photographie prise en 1938 lors d'un festival de musique, plusieurs affiches publicitaires : "Vêtements, Grand Bon Marché, Tours Angers Orléans", "Byrrh, recommandé aux familles" et "Comme lui faites votre plein de Vouvray et remportez un bon Souvenir à la maison" !!
Le maréchal ferrant, à droite de la salle des loisirs (famille Cormier) :
Sur une carte postale de 1945, la toiture du bar a été remplacée par de la tôle,
et sur une photographie des années 1950 on voit que la porte de la grange a été modifiée pour sa transformation en salle de restaurant.
Lors des travaux de réfection du sol de la Salle des Loisirs en juillet 2011,
 un bassin a été mis à jour après l'enlèvement du plancher.
D'après un témoignage il y avait un bassin d'agrément à cet endroit avant la guerre. Il était haut d'environ un mètre, et possédait en son centre un banc en béton. Il doit dater des années 1930, comme nous l'avons vu plus haut.
La Salle des Fêtes est aménagée en 1961.
Le bassin d'agrément qui s'y trouvait est juste recouvert par du parquet.
Sources : diverses, BIM de septembre 2011, archives d'Indre et Loire (E dépôt 194 M1 - E dépôt 194 M3), observation, déductions.

7 commentaires:

  1. ton blog est vraiment bien complet, continue comme ça
    bastien

    RépondreSupprimer
  2. C'est une découverte, ce bassin. Quelle était la raison d'être de cette salle et de ce "pédiluve" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien je n'en ai aucune idée ! Je n'ai rien trouvé dessus aux archives, ça ne se sait que de source orale. Il faudrait que je cherche dans les archives de la mairie un jour, peut-être que j'y trouverai quelque chose...

      Supprimer
  3. Dis-moi Guillaume, il doit bien y avoir des anciens qui savent pour ce "bassin"... Moi je pencherai assez pour un lavoir. A toi l'enquête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas possible, il existe déjà un lavoir à Reugny, et il n'y a aucune source d'eau ici... En te plongeant dedans tu imagine presque les commères du village en train de discuter sur le banc en pierre les pieds dans l'eau, et leurs enfants qui jouent dans l'eau à côté !

      Supprimer
  4. UN lavoir, DEUX lavoirs etc... Et alors. De +, au temps où il fallait être moderne (années 50/60), des lavoirs "modernes" avec l'eau de la ville (du robinet) ont été construits en France. Explore la piste.

    RépondreSupprimer