mardi 14 février 2012

Reugny : Le Château Royal

En 1518, François Ier donne le château à son médecin, François d'Alais.
Une des maison de la rue Voltaire conserverait un tableau représentant François d'Allais (il y était encore en 1980).
Une légende locale raconte que François Ier fut invité par François d'Alais dans son château, et que pour le remercier de son accueil il lui aurait donné un beau billet. C'est fort probable, car en 1518, François d'Alais reçoit du roi 2000 écu soleil, somme qu'il lui prêtera quelques années plus tard...
En 1545, François Ier ramène Reugny dans le domaine royal, et le donne à Jean-François d'Acquaviva d'Aragon, marquis de Bitonto, puis duc d'Atry, gentilhomme de la chambre.
En 1587, le domaine est acquis par Jean Morin de Pardillon, gentilhomme de la chambre du roi Henri III.
En 1591, Jean V de la Baume le Blanc achète le "chastel" de Reugny.
En 1596, Jean V de la Baume le Blanc fait détruire le château.
En 1742, il consistait en "un château en ruine qui a été démoli depuis et dont il ne reste plus que quelques vestiges".
En 1794 : "Ancien château consistant actuellement en une vieille masure batie en murs de moellons et pierres de taille sans autres matériaux de manière qu'il ne reste que 3 pans de murs à 5 étages en hauteur, avec l'emplacement d'une autre portion de bâtiment aussi démoli, le tout formant environ 15 chaînées". Tout près, on trouvait la grange aux dîmes et le four banal (voir ici). "Le reste de cet ancien château représente encore des traces de l'ancien despotisme, nous estimons qu'il doit être entièrement rasé."
Il existait au château de la Vallière une peinture où l'on voyait le château royal. Détruite en 1926, cette peinture avait été photographiée par la société archéologique de Touraine. J'ai contacté la SAT, et après quelques mois de recherches ils m'ont dit qu'ils n'avaient pas retrouvé cette photographie. Cela peut s'expliquer par le fait que les archives de la SAT se trouvaient à Tours dans le bâtiment face à la Loire qui fut détruit lors des bombardements allemands de 1940, et l'immense incendie qui en découla.
Sources : société archéologique de Touraine, Louis Tricot, Archives départementales d'Indre et Loire (E dépôt 194 M15 - 65J1), G. Braux ("Louise de la Vallière; de sa touraine natale au carmel de Paris").

3 commentaires:

  1. Merci pour ces articles très documentés. Je ne connais pas bien Reugny, mais je ne manquerai pas d'aller m'y balader un de ces jours!

    RépondreSupprimer
  2. C 'est tres intéressant. J'habite rue de la grange des dimes et j'aimerais bien en savoir plus sur ma maison. Peut-être auriez-vous des indications à me donner...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très peu de choses hélas, mais je peux vous envoyer par mail le cadastre de 1819 et une ancienne carte postale début 20e où elle apparaît si vous ne les avez pas déjà...

      Supprimer