lundi 4 novembre 2013

Neuillé : La Mauguinière

Un papier plié a été trouvé entre deux briques lors de la destruction d'une cheminée. C'est un acte de la Cour Royale de Tours, daté du 23 novembre 1619, qui concerne la saisie de tous les biens de Paul Gaultier (merci à Isabelle Girard pour la transcription !).
En 1666, "la métairie de la Mauguinière, qui relève du fief et seigneurie de Villiers, consiste en un corps de logis ayant deux chambres, l'une à cheminée et l'autre sans cheminée, une grange et un autre corps de logis qui sert d'étable pour les bestiaux, cour jardins..."
En 1743 il est précisé que la chambre à cheminée possède un four, l'autre chambre est devenue une étable, et il y a "un toit à bêtes aussi à côté, grenier et combles dessus couvert de tuiles".
En 1755, elle est habitée par François Georget.
En 1758, il est dit que la chambre est carrelée, avec "cheminée à manteau de bois", et qu'elle est éclairée "d'une croisée au midy et au levant" (porte et fenêtre de gauche). L'écurie est "séparée par un mur de refend, plancher régnant dessus, couverte en thuilles" (porte et fenêtre du centre).
La grange est dite "à quatre fermes" en 1743. Il est précisé en 1758 que dans la grange se trouve "un petit cellier et une écurie aux vaches séparés par des murs de refend, ayant dix toises et demy de long sur cinq toises et demy de large, comble dessus couvert en thuilles." Elle a donc été très modifiée entre la fin du XVIIIe et le XIXe siècle.
Le dernier "corps de logis" sert "d'étable pour les bestiaux" en 1712. Il est précisé en 1743 qu'il est "en long consistant en trois étables à bêtes, un pressoir à côté à casse col au bout desdits bâtiments, le tout sous la même couverture de tuiles". Il a été détruit en 1993.
En 1781, la Mauguinière dépendait de la Côte et était habité par Pierre Lebert et Madeleine Pénilleau sa femme.
Sources :  Archives départementales d'Indre et Loire (12J25 - 12J72 - 12J74), archives personnelles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire