mercredi 8 mai 2013

Le vin et le vignoble de Vouvray à Reugny et Neuillé

Si la présence de vignes à Vouvray est attestée depuis l'antiquité (introduites par Saint-Martin), rien n'indique qu'il en existait aussi à Reugny. Cependant il est quasiment sûr qu'elles étaient présentes au Moyen-Âge, et encore plus à la Renaissance, les rois de France appréciant en avoir à leur table. 
On trouve plusieurs caves assez anciennes au château de la Côte (ici une cave de la Renaissance),
et on en trouve un très grand nombre, qui sont plus ou moins anciennes, dans les fermes et parfois en pleine campagne (ici à la Galérie).
Au XIXe siècle, le vignoble de Boissé était assez important. Il en subsiste le chai qui comportait deux pressoirs.
Le phylloxéra arrive en Touraine en 1882 est détruit totalement la vigne.
On remarque encore aujourd'hui plusieurs loges de vignes.
Pendant la Première Guerre Mondiale, du Vouvray (de Neuillé) est envoyé au front : "Monsieur le Président donne lecture de l'état de répartition établi entre les prestataires de la commune pour le contingent de vin à fournir (sur la récolte de 1917) à l'armée."
Dans une délibération de 1923 du conseil municipal de Neuillé, "le Président expose au Conseil dans quelle condition le syndicat viticole de Vouvray attaques les vignerons de Neuillé le Lierre, pour avoir déclaré leur vin blanc comme vin d'origine : (Vouvray). Le Conseil, après délibération, considérant qu'il n'y a pas moyen de défendre cette cause sans argent, vote une somme de 2000 francs pour les frais que pourraient occasionner ce procès."
Le 4 juillet 1929, dans le journal L'Ouest-Eclair, on peut lire que Neuillé n'est pas la seule commune à avoir des problèmes d'appellation, puisque même Reugny et Chançay sont concernées : "La Cour de cassation vient de rendre un arrêt intéressant relatif au droit à l'appellation du vin de Vouvray. Le Syndicat de défense du vin de Vouvray qui comprend les quatre communes de Vouvray, Vernou, Ste-Radegonde et Rochecorbon prétendait que cette appellation était réservée aux seuls vins récoltés sur leurs territoires et déniait aux communes de Noizay, Chançay et Reugny le droit de vendre leur vin sous le nom de Vouvray. La Chambre civile a repoussé la prétention du Syndicat de Vouvray. Elle a jugé que les vignobles des trois communes de Noizay, Chançay et Reugny plantés en pinots de la Loire et cultivés exactement suivant le mode pratiqué dans les quatre communes du Syndicat de Vouvray faisaient partie de l'ensemble géographique ayant les mêmes assises géologiques que les coteaux producteurs du Vouvray. En conséquence, l'arrêt de la Cour reconnait que les vins récoltés sur ces trois communes ont droit à l'appellation de Vouvray."
Le vignoble de Vouvray devient Appellation d'Origine Contrôlée en 1936... Sans Neuillé ! Il est donc évident d'imaginer l'issue de ce procès...
Et pourtant, le vin était très présent à Neuillé aussi, puisque la Maison Bellevue est construite par un grand courtier en vins,
et un important vignoble existait à Bel Air.
Reugny, en revanche, est intégré à l'AOC.
Un petit peu de prévention sur le verso d'un cahier d'écolier des années 1920...
En totale opposition, un film de 1949 : "À Reugny nous avons deux fontaines, la bonne et la mauvaise", puis on peut voir une jeune femme allant chercher de l'eau à la fontaine du lavoir, suivie d'un verre qui est rempli de Vouvray. Il est ensuite écrit "à vous de juger !".
Dans les années 1980, le passage de la ligne TGV est source de problèmes. Ainsi, dans le journal télévisé d'Antenne 2 du 17 mai 1984, on peut entendre : "Près de Tours, affrontement entre les forces de l'ordre et les viticulteurs qui manifestaient contre l'implantation du TGV. Deux gendarmes ont été légèrement blessés."

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci ! J'ai cherché dans mes archives tout ce que j'avais sur ce thème...

      Supprimer
    2. La qualité de vos articles m'impressionne toujours.
      Bravo pour votre blog que j'ai plaisir à venir voir régulièrement, et pour cet article en particulier.
      S.M. (arrière-petite-fille d'un vigneron de Neuillé)

      Supprimer