dimanche 30 septembre 2012

Reugny : Sêtre

A Sêtre, un puits ancien et la tradition d'une "ville disparue", sont probablement les indices d'un site gallo-romain .
Sources : diverses.

samedi 29 septembre 2012

Reugny : Rue Voltaire

Fossiles datant d'il y a environ 15 millions d'années, lorsque la mer recouvrait la Touraine.
Sources : Daniel Sellier.

lundi 24 septembre 2012

Reugny sous François Ier (1515-1547)

Contrairement à Louis XI, nous avons très peu de preuves sur la venue de François Ier à Reugny, mais une vieille rumeur locale dit que François d'Alais, propriétaire du château Royal, l'aurait invité, et que, très heureux de son accueil, il lui aurait laissé une belle enveloppe. Ce don est attesté, mais pas la venue du roi.
Médecin de Louis XII, il devint le premier médecin de François Ier qui lui fit des présents et lui accorda des faveurs, comme la châtellenie de Reugny (et donc le Château Royal) en 1518. Il achète la seigneurie d'Orfeuil de 1518 à 1522. Il meurt avant août 1527. Il a pu officier dans la léproserie qui se trouvait au Navire et dont les médecins étaient logés dans la maison à comble brisé, située à proximité, dénommée la Grand'maison. Les corps des lépreux étaient entreposés dans des niches, dans une cave de la Place du Vieux-Château. La présence du médecin du roi à Reugny est rappelée par l'hôtel de la Toque Blanche, ancien Relais de Poste Royale, construit à cette époque (rue Victor-Hugo).
En effet, il fallait que François d'Allais soit informé rapidement de l'état de santé de Louis XII, puis de François Ier, qui résidaient dans leurs différends châteaux de la vallée de la Loire. Une des maison de la rue Voltaire conserverait un tableau représentant François d'Allais (il y était encore en 1980).
François de Lavardin, seigneur de Boissé, fait construire ou modifier son château dans le style Renaissance, comme en témoigne la chapelle, l'un des derniers vestiges du château.
Le sculpteur italien Jehan Juste (dont la plus célèbre œuvre est le monument funéraire de Louis XII et Anne de Bretagne, à Saint-Denis) possédait vers 1520 le fief des "Jouaneaulx". Il était situé près du Chalantier, sur la route de la Vallée de Cousse, et a été détruit au 19e siècle ou au début du 20e.
Le château de la Côte est agrandi vers 1530, et modifié pour être à la mode de la Renaissance (fenêtres de l'ancien bâtiment, tourelles d'angle ajoutées) pour Marc de la Rüe.
Il conserve de cette époque un petit oratoire, voûté sur croisée d'ogives et une chapelle, dont une fenêtre est éclairée d'un vitrail de la Crucifixion du XVIe siècle (d'origine donc).

dimanche 23 septembre 2012

Les articles de Mary Wilson

Mary Wilson, qui était venue le 8 mai à Reugny pour la cérémonie en l'honneur du major Herrick, écrit régulièrement dans le journal de sa ville (Columbus Junction, Iowa, 1800 habitants) l'histoire du major. C'est la personne en rouge au centre.
Voici un extrait de son article de mercredi : "Les habitants de ce petit village ont défié les allemands en rendant hommage au pilote décédé, en mettant des fleurs sur sa tombe, en lui faisant des obsèques et en vénérant ce jeune américain qu’ils ne connaissaient même pas. Où trouvaient-ils ce courage ? Pourquoi l’accident de Lawrence Herrick les a-t-il rendus si impétueux ? Très franchement, je n’ai pas de réponse à cette question et je ne l’aurai probablement jamais. Cependant, après m’être rendue à Reugny en mai dernier, je pense que je peux donner mon sentiment personnel. C’est très simple : les français en avaient assez des allemands. Ils ne pouvaient plus supporter la botte tyrannique allemande. Quel courage ces brave gens ont eu de défier les allemands ! Mon admiration pour ces gens est sans limite. Mon amour et mon affection pour eux n’en finiront jamais. J’aimerais vous raconter l’histoire de chacun de ceux que j’ai rencontrés en mai..." (Traduction Daniel Sellier)
Son chapitre 10 sera publié dans la "Columbus Gazette" mercredi.

vendredi 21 septembre 2012

Reugny : La Galérie

Le cadastre de 1819 :
La ferme a été assez remaniée au XIXe siècle.
Sources : Archives départementales d'Indre et Loire, observation.

mercredi 19 septembre 2012

dimanche 16 septembre 2012

Reugny : La Galerie

C'était un fief relevant de la seigneurie de la Graffardière à Auzouer.
En 1696, il consistait en "un corps de logis pour le maître, composé de trois chambres basses, dont deux sont à cheminée, 
grenier dessus ; une petite tour au coin dudit logis servant de cabinet ; 
une autre chambre y joignant, servant d'écurie, solivée et planchéyée ; une grange ensuite, une étable, têt à porcs ; de l'autre côté est le logis du métayer, composé d'une chambre à cheminée, 
un four dedans, 
solivée et planchéyée ; en un bout d'icelle sont les étables et bouverie et, en l'autre bout, le bûcher et le cellier ; 
les cours, jardin derrière, plusieurs arbres dedans ; le tout contenant un arpent enfermé de haies vives et douves".
En 1774, de nouveaux éléments sont signalés : "une autre tourelle en ruine et réparation depuis nombre d'années, dont il ne reste que partie des murs" et "une grange, une moutonnerie, un toît à porcs au bout de ladite grange ; lesdits bâtiments couverts de tuiles, à l'exception de la tourelle qui est couverte d'ardoises". Plusieurs de ces bâtiments ont disparu à la Révolution. Une des caves dépendant de la Galérie est fermée par une porte ancienne qui peut être datée du 18e siècle.
Sources : Gérard Troupeau ("Neuillé le Lierre, Une paroisse tourangelle sous l'Ancien Régime"), déductions, observation.

mardi 11 septembre 2012

Journées du Patrimoine les 15 et 16 septembre !

Le programme des Journées du Patrimoine 2012 (15 et 16 septembre) est en ligne (http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/fr). Comme les années précédentes, le Château de la Vallière ouvre ses portes, ainsi que l'église d'Auzouer. Le Centre Culturel et d'animation de Reugny (dont je fais partie) renouvelle sa visite guidée sur le thème national de cette année qui est le "patrimoine caché", avec une visite des lieux souterrains du bourg et de l'ancien château de Boissé (rendez-vous le dimanche à 15h sur la place de l'église). Une visite adaptée aux enfants à partir de 8 ans est également organisée (places limitées, sur inscription au 06 29 71 29 35). Enfin, le Château de la Côte ouvre de nouveau sa cour, avec des visites guidées à 10h, 11h, 14h, 15h et 16h, à 2€ par personne (sauf -18 ans, handicapés et demandeurs d'emploi). Une seule chose à faire : Profiter de ces visites !

mercredi 5 septembre 2012

Reugny : La Fortinière

La "Fortignière" existait déjà en 1819, comme le prouve le cadastre.
Elle a ensuite été entièrement reconstruite. On s'en rend compte grâce au cadastre de 1954 où elle est méconnaissable.
Tous les bâtiments ont donc été construits au 19e siècle et au début du 20e. Aujourd'hui à l'abandon depuis une dizaine d'années, il subsiste un bâtiment à pans de bois du 19e,
dont je ne connais pas la fonction,
l'emplacement d'une pièce dont on remarque la cheminée;
un bâtiment à façade en pierre de taille,
un bâtiment, auquel a été accolé une étable à la fin du 19e siècle,
une écurie du 19e qui semble avoir été assez modifiée au 20e siècle,
comme partout dans la ferme, la nature reprend ses droits,
et un hangar du début du 20e siècle.
Cette plaque de la société d'assurance L'Union certifiait que le propriétaire était bien couvert par cette compagnie. Elle témoigne du fort développement de cette activité pendant la seconde moitié du XIXe siècle, qui voit exploser la révolution industrielle en France, mais aussi la transformation des activités financières, y compris dans les communes rurales.

lundi 3 septembre 2012

Reugny : Le Château de la Vallière

La tour de gauche date du XIIIe siècle et est un vestige de l'ancien château.
Un autre vestige est visible à droite de l'ancien pont-levis, il s'agit de l'emplacement d'une tour. À la Révolution on sait que la tour était déjà détruite et que la petite tour existait (mais depuis quand...?).
Jacques de la Vallière, cité en 1451, est le premier seigneur connu du fief.
Sources : dictionnaire archéologique de Touraine (Ranjard), société archéologique de Touraine, Archives départementales d'Indre et Loire (65J7), déductions.