mardi 26 juin 2012

Reugny : Orfeuil

En 1389, le fief appartenait à Guymard de Villeblanche.
Le château d'Orfeuil est construit au Moyen-Âge... Au vu du peu de vestiges qu'il nous reste et du peu de documents qui en parlent il est impossible de faire une estimation plus précise. (voir les autres articles)
Sources : déductions, société archéologique de Touraine.

mercredi 6 juin 2012

Neuillé : La Mairie-Ecole

La commune acquiert en 1854 une maison et ses dépendances, appartenant à M. François Vallée.
Elle la détruit afin de construire la Mairie et l'école.
Sur un projet d'agrandissement de 1878 de la mairie-école par un petit bâtiment sur la droite qui ne fut pas réalisé, on observe un plan de cet ensemble.
Ce bâtiment était composé au rez-de-chaussée d'un vestibule à gauche et de la chambre de l'instituteur à droite, et du premier étage consacré à la mairie.
Ce bâtiment était composé, à gauche, jusqu'à la troisième ouverture qui était une fenêtre, d'une classe mixte. À sa droite, à la place de l'actuel accueil de la mairie, se trouvait la cuisine de l'instituteur.
En 1882, achat d'un terrain limitrophe de l'école appartenant à M. André Peltier et construction de l'école des garçons.
Dessin de 1881, des urinoirs,
"closets"
et croisées de la nouvelle école des garçons, "dressé par l'architecte soussigné".
En 1896, le Conseil municipal vote cinq francs pour payer les élèves de l'école qui se sont livrés à la destruction des hannetons.
En 1901, le Conseil municipal vote vingt et un francs pour achat d'un fourneau et d'une table destinés à l'Ecole des filles pour un cours pratique de cuisine établi par l'institutrice de la commune.
En février 1902, le Conseil municipal vote l'achat d'un poêle destiné à l'Ecole des filles afin de remplacer l'ancien qui est brisé.
En 1902, la commune fait faire des grilles pour l'école.
En 1903, le Conseil municipal, "à l'unanimité des membres présents pour fournitures de travaux de couture aux enfants de l'école de filles".
En juin 1904, "le Conseil municipal vote la somme de quatre cent soixante dix correspondant à neuf centimes et 40 centièmes de centime pour payer les fournitures scolaires aux enfants des deux écoles à titre gratuit. La distribution des susdites fournitures est calculée sur un tarif moyen de 7 francs par élève, le surplus servira à rémunérer l'instituteur et l'institutrice pour leurs soins dans la distribution qui commencera à partir de la rentrée scolaire 1904".
En mai 1910, le Conseil municipal "après s'être rendu compte du mauvais état d'un certain nombre de tables des deux écoles" en demande le remplacement.
En novembre 1910, "M. le Maire informe ensuite le conseil qu'aucun des ouvriers consultés n'a voulu se charger de transformer les vieilles tables de l'école des garçons en bancs. Dans ces conditions, le Conseil décide que les tables seront employées au chauffage de la Mairie".
Le 9 octobre 1911, le maire informe le Conseil "que le tuyau extérieur du poèle de l'école des filles est complètement hors d'usage et qu'il y a lieu de pourvoir à son remplacement. Le Conseil, considérant qu'avec des tuyaux en tôle galvanisée il faut procéder au renouvellement tous les deux ou trois ans, et que, par conséquent, la dépense est souvent renouvelée, décide de faire faire une cheminée avec des tuyaux en ferre."
Le 8 août 1914, "M. le Maire expose au Conseil qu'une personne charitable et amie de l'école laïque, mais désirant garder l'anonymat, lui a offert de faire don à la commune d'une somme de 450 francs à condition que cette somme soit affectée à la construction d'un préau à l'école des filles : il propose au Conseil d'accepter de don. Le Conseil, avec reconnaissance, accepte à l'unanimité le don qui est fait à la commune avec l'affectation désignée et prie M. le Maire de transmettre à l'anonyme ses plus sincères remerciements".
En octobre 1917, vote d'un crédit "pour procurer aux élèves de l'école de filles les fournitures nécessaires (toile, canevas, aiguilles, laine, fil) leur permettant de suivre avec profit leur leçon de couture".
En mai 1918, "le Conseil municipal décide [...] de donner aux enfants comme récompenses scolaires, des livres classiques pouvant leur être utiles à leur sortie de l'école".
À la même séance du Conseil municipal, il est décidé d'installer trois lampes au logement de l'instituteur "pour lui faciliter ses fonctions de secrétaire de mairie".
Le 1er juin 1920, "M. le Maire explique au Conseil que pour compléter le mobilier scolaire il y aurait lieu de faire faire deux tables, de faire réparer plusieurs tableaux et de remplacer plusieurs cartes qui sont totalement usées". Il explique ensuite "qu'il est absolument urgent pour l'hygiène de l'école et pour l'assainissement de l'habitation des maîtres que les cabinets de la cour des garçons soient changés de place. Il leur fait remarquer que ce changement a été demandé par les maîtres et par l'Inspecteur des écoles".
Le 6 novembre 1921, "Le Conseil vote la liste des enfants nécessiteux de la commune et vote un crédit de 200 francs pour leur acheter des vêtements ou chaussures". Les familles citées sont : Quilichini, Renard, Chalubert, Chaillou et Dansault.
En 1921, Alexandre Mabille, conseiller municipal, trouve la mort en arrêtant un cheval emballé qui aurait pu écraser des enfants sortant de l'école.
En 1930, le maître achète "un appareil stéréoscopique très utile pour les leçons de géographie".
Un préau est construit en 1937 pour l'école des filles.
Le 26 décembre 1941, "suivant le désir exprimé par Le Maréchal, il y a lieu de réunir les enfants autour d'un arbre de Noël". Des jouets et une collation leur seront offerts.
Sources : archives d'Indre et Loire (E dépôt 166 M5), "Le Libre penseur de France" (1921/07/10), Rapports et délibérations du Conseil Général d'Indre et Loire (1883 -1908 - 1930 - 1937), mairie de Neuillé (registres des délibérations), déductions.